Assistants virtuels : quel devenir pour les relations sociales ?

Avoir quelqu’un qui nous attend à la maison satisfait une des principales attentes des êtres sociaux que nous sommes. Mais lorsque ce quelqu’un est une intelligence artificielle incarnée dans un personnage de manga qu’en est il des relations sociales ? Quels rapports entretenir avec  nos assistants virtuels ?

Gatebox est une société qui développe un dispositif proposant d’interagir avec une personnage de manga. Les interactions sont de plusieurs natures : Il est possible de parler directement à une boite contenant un personnage animé en trois dimensions. Le personnage répond en parlant et en prenant des pauses et des expressions corporelles. Il est également possible d’échanger par le biais de messages électroniques comme avec les assistants électroniques modernes tel que Siri ou autre. De plus, le dispositif Gatebox tente d’anticiper les souhaits de l’utilisateur en proposant des informations et des actions a réaliser. Dans la vidéo de présentation, le personnage animé invite son interlocuteur a se munir d’un parapluie car le risque de pluie est probable.

Si ce n’était que cela, il n’y aurait pas vraiment de nouvelles questions. Cependant dans la vidéo de présentation, l’utilisateur semble développer des sentiments pour l’assistant électronique ! Alors oui, c’est une vidéo promotionnelle. Mais cela n’enlève rien au fait que ce soit un argument de  vente du produit : “vous allez aimer nos produits”. Oui, mais aimer comment ?

J’ai lu quelque part qu’un grand nombre d’utilisateurs, a priori des hommes, avaient des discussions à caractère explicite avec leur assistant électronique. J’ai lu ailleurs que dans quelques années de nombreuse personnes disposeraient de “robot sexuel”. Et j’ai lu il y à fort fort longtemps le tome 1 de Fondation par Isaac Asimov où les individus vivent seuls chez eux assisté par un robot et évitent les relations sociales. Asimov n’aborde pas ou peu la problématique sexuelle, mais bien celle de robots totalement humanoïdes.

Dans le cas de Gatebox, le positionnement est bien celui là. Dans la vidéo de présentation, on accompagne un homme qui n’a pas de relation sociale bien qu’il soit au milieu d’autres personnes. Ses interactions se bornent à communiquer avec l’être virtuel dans la boite.

Ma question n’est pas celle de savoir si ces assistants virtuels sont souhaitables ou non. Cette question est déjà réglée ! Ils existent et ils seront adoptés, très certainement. Ma question est de savoir comment faire pour que ces assistants deviennent des vecteurs de relations sociales, comment les utiliser pour réunir les personnes plutôt que de les maintenir dans une bulle.

Je ne dispose pas de réponse a priori, mais je vous pose la question :

Que faut-il ajouter comme fonctions à ces assistants pour en faire des vecteurs de relations sociales ?

La vidéo de présentation

1 réflexion sur “Assistants virtuels : quel devenir pour les relations sociales ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.